UKRAINE
La commune est solidaire des Ukrainiens martyrisés

Nelson Mandela

English version

Accueil Le Chemin de Mémoire

Né en 1919 en Afrique du Sud, Mandela a étudié le droit et fait carrière comme avocat avant de s'engager dans la politique anticoloniale et nationaliste africaine et de rejoindre le Congrès national africain (ANC) en 1943.

L'apartheid, politique de separation des blancs et des noirs, a été mise en place à partir de 1949, par le Parti National. C’est la suite de la politique de ségrégation raciale installée en Afrique du Sud depuis la fondation de la Compagnie Néerlandaise des Indes en 1952. L'ANC et Mandela, qui avait gravi les échelons, se sont engagés à la renverser.

Mandela est influencé par le marxisme et rejoint secrètement le Parti communiste sud-africain (SACP). Il a également cofondé l' "Umkhonto we Sizwe", la branche armée de l'ANC, qui a mené une campagne de sabotage contre le gouvernement après le massacre de Sharpeville.

En 1964, Mandela a été condamné à la prison à vie pour "sabotage et conspiration en vue de renverser violemment le gouvernement". C'est au cours de son procès que Mandela prononce son célèbre discours "I Am Prepared to Die". Plus tard dans l'année, Mandela a été transféré à Robben Island où il est resté pendant 18 ans. Au départ, les conditions de détention étaient très mauvaises et ce n'est qu'en 1967 que les choses ont commencé à s'améliorer.

Dans les années 1980, la réputation internationale de Mandela ne cesse de croître, bien que Ronald Reagan et Margaret Thatcher le considèrent, lui et l'ANC, comme des communistes et des terroristes.

Dans un contexte de violence continue et de sanctions économiques, plusieurs tentatives pour parvenir à un accord politique entre le gouvernement et Mandela échouent. Il faut l'arrivée d'un nouveau président, FW de Klerk, pour que de véritables changements interviennent et, en 1990, tous les partis politiques autrefois interdits sont légalisés et Mandela est libéré sans condition.

Mandela entame alors une tournée internationale et rencontre de nombreux dirigeants occidentaux et africains afin d'obtenir un soutien pour des sanctions contre le gouvernement d'apartheid.

L'année 1994 marque une date clé dans l'histoire de l'Afrique du Sud : pour la première fois, des élections générales ont été organisées, au cours desquelles tous les citoyens ont eu le droit de vote. En conséquence, Mandela devient le premier président noir d'Afrique du Sud. Le principal objectif de sa présidence était la réconciliation nationale, en persuadant les Sud-Africains blancs qu'ils avaient une place sûre dans la nouvelle "nation arc-en-ciel".

L'Afrique du Sud connaît encore de nombreux problèmes dans les suites de son passage de l'apartheid à une démocratie complète. Mais beaucoup avaient prédit que ce changement se traduirait par un bain de sang et, contrairement à cette prédiction, il revient  à Nelson Mandela, avec d’autres, le mérite de l’avoir évité.