UKRAINE
La commune est solidaire des Ukrainiens martyrisés

Ver-sur-Mer

English version

Accueil Le Chemin de Mémoire

L'implantation de Ver-sur-Mer remonte au moins à l'époque romaine, puisque des pièces et des reliques romaines ont été trouvées dans la région. 

La légende de Saint-Gerbold
Pour en savoir plus sur cette légende du 7e siècle qui parle d'amour, de jalousie, de miracles et qui explique le nom de Ver-sur-Mer.

1066
En 1066, le beau-frère de Guillaume le Conquérant était Alberic de Verre, dont le nom vient de ce village. Sa loyauté après l'invasion de l'Angleterre en 1066 a été récompensée par Guillaume, qui l'a notamment nommé Seigneur de Chensington à Londres, ou Kensington, comme on l'appelle maintenant, où se trouvent les Jardins de Verre.

 

Moulins à eau
La pente du terrain vers la mer, ainsi que la "Provence", une rivière qui prend sa source dans les bois de Bazenville et passe par Crépon, ont créé la puissance de trois moulins à eau à Ver-sur-Mer. Malheureusement, les changements de mode de vie ont fait disparaître ces moulins. Il ne reste aujourd’hui que les chutes d’eau qui avaient été aménagées.

L'église Saint-Martin
Cette belle église, dont le clocher date de la fin du XIe siècle, a été remaniée au XIXe siècle. Plus d'informations sur le site de Ver-sur-Mer.

Le phare
On ne sait pas exactement quand le phare actuel est entré en service, mais c'est probablement au début des années 1900. Il a remplacé le phare précédent datant d'environ 1836 qui, à son tour, remplaçait un sémaphore. La construction actuelle mesure 16 m de haut et se trouve à 42 m au-dessus du niveau de la mer. Il fait partie des 3 grands phares de la Baie de Seine, avec le phare de Gatteville, à la Pointe de Barfleur et celui de La Hève, au Havre.

Le phare est devenu célèbre lorsqu'en 1927, il a été la balise utilisée pour l'atterrissage du premier courrier aérien transatlantique, commémoré par une plaque sur le bâtiment (voir ci-dessous).

En 1944, il a été endommagé pendant le débarquement en Normandie, mais a été rapidement restauré.

Le chemin de fer et un nouveau rôle pour Ver-sur-Mer
Avant 1899, la pêche et l'agriculture étaient les principales activités de Ver-sur-Mer. Cette situation change avec l'arrivée de la liaison ferroviaire avec Paris. Une ligne de chemin de fer de Caen (déjà reliée à Paris) à Courseulles existait depuis 1875, mais en 1899, une ligne de Bayeux à Courseulles, incluant Ver-sur-Mer, a été ouverte. Le principal impact de cette ligne a été de permettre aux Parisiens aisés d'accéder facilement à la région et la ville a donc trouvé une nouvelle vie en tant que station balnéaire “chic”. Ver se fait connaître pour les vertus bénéfiques de l'air salé et des vagues revigorantes ! De nouvelles villas furent construites le long du front de mer, souvent en tant que résidences secondaires pour les riches Parisiens. Enfin, des cabines de plage commencèrent à apparaître le long du front de mer.

Pendant la Première Guerre mondiale, le chemin de fer a perdu de l'argent et ne s'en est jamais complètement remis. L'ouverture de nouvelles routes avec l'arrivée de l'automobile ajouta à ses difficultés et, au début des années 1930, le nombre de passagers diminuait. En 1937, la ligne ferma ses portes et les derniers vestiges de l'infrastructure disparurent pendant la Seconde Guerre mondiale, notamment à la suite du débarquement.

Le premier courrier aérien transatlantique
Le 27 juin 1927, Richard E. Byrd et un équipage de trois personnes décollent de New York, aux États-Unis, à destination de Paris, en France. Leur mission était de prouver que le courrier pouvait être distribué par des vols transatlantiques sans escale. En arrivant à Paris de nuit, ils ont constaté que l'atterrissage était impossible en raison de la mauvaise visibilité liée à la météo. Byrd a donc suivi la Seine à la recherche d'un terrain d'aviation. En arrivant sur la côte, ils ont repéré la lumière du phare de Ver-sur-Mer et l'ont utilisée pour s'orienter avant d'amerrir, juste à la plage.  Cet exploit a bien sûr suscité un vif intérêt de la part du public et a permis à Ver-sur-Mer de se faire connaître car le premier courrier acheminé par avion à travers l’Atlantique a été tamponné à la poste de Ver-sur-Mer. Le musée de Ver relate cette épopée !

La Seconde Guerre mondiale
La Seconde Guerre mondiale apporte un changement rapide et significatif à la ville. Les forces allemandes arrivent et installent leur camp ; le bétail et le fourrage sont réquisitionnés ; les hommes doivent remplir des sacs de sable, creuser des tranchées et même surveiller les routes autour de Bayeux. Plus tard, ils seront envoyés en Allemagne comme travailleurs forcés. Un couvre-feu est imposé à 19 heures, ainsi que des coupures de courant dans les foyers, les voitures disparaissent des routes, et les belles villas sont réquisitionnées pour loger les forces d'occupation.

Plus tard vint la construction du mur de l'Atlantique. L'accès aux plages est interdit car des champs de mines, ainsi que d'autres obstacles défensifs, sont posés le long des plages et des voies d'accès.

Débarquement allié en juin 1944
Au printemps 1944, la situation a changé pour Ver. En avril, le bruit des bombes a été entendu pour la première fois. En mai, la ville est attaquée par voie aérienne. Enfin, début juin, le débarquement a lieu. Cette fois, le bombardement détruisit ou endommagea de nombreuses maisons et fit des victimes civiles, bien que la moitié de la population ait déjà fui la ville.

Après le jour J, la plage a continué à être utilisée pour débarquer davantage d'hommes et de matériel pour la bataille de Normandie. Le bas de Ver est devenu une scène de dévastation, avec des maisons endommagées, des cratères de bombes et des champs de mines non nettoyés. 

Après la Seconde Guerre mondiale 
Après la destruction de la plupart des belles villas, Ver est devenue ce qu'elle est aujourd'hui - une ville d'environ 1 700 habitants où l'agriculture est toujours une activité clé, complétée par le développement du tourisme. 

Dans le centre de la ville se trouve le musée America Gold Beach, consacré à l'amerrissage du premier vol postal transatlantique par Richard E. Byrd et au débarquement allié.

En juin 2021, le Mémorial britannique de Ver-sur-Mer a été ouvert. C'est le seul endroit où sont inscrits les noms de tous les militaires sous commandement britannique tués pendant la bataille de Normandie - comprenant des personnes de plus de 30 pays différents. Le site comprend également un mémorial dédié aux civils français tués pendant la bataille.

Remerciements pour une grande partie de cette section : GUÉRIN Patrice, Ver-sur-Mer Mémoires, Édition mai 2008

Des exemplaires de ce livre sont disponibles au musée America Gold Beach et à la Mairie de Ver-Sur-Mer.