UKRAINE
La commune est solidaire des Ukrainiens martyrisés

Les Alliés

English version

Accueil Le Chemin de Mémoire

(de gauche à droite) Le général Henri Giraud, Franklin Delano Roosevelt, Charles de Gaulle et Winston Churchill à la conférence de Casablanca en 1943.

Jusqu'à la fin de 1941, la Seconde Guerre mondiale était principalement une guerre européenne. En juin 1940, Hitler avait envahi la plupart des pays d'Europe occidentale. À ce moment-là, seule la Grande-Bretagne n'avait pas été conquise et continuait à combattre l'Allemagne nazie, grâce à l'importance de la Royal Navy et de la Royal Air Force et à la Manche qui rendait l'invasion difficile.

Le Britannique Winston Churchill se rendit compte que la guerre ne pouvait être gagnée sans l'aide des États-Unis, mais il y avait un problème. Après la Première Guerre mondiale, la plupart des Américains étaient opposés à toute implication dans d'autres guerres internationales. Franklin D. Roosevelt, alors président, avait promulgué à la fin des années 1930 des lois de neutralité exigeant des États-Unis qu'ils évitent de telles guerres. Cependant, Churchill est un bon lobbyiste et Roosevelt est favorable au soutien de la Grande-Bretagne.

C'est ainsi qu'est née la "politique de prêt-bail", selon laquelle les États-Unis fournissent du matériel de guerre, de la nourriture et toutes sortes d'autres fournitures au Royaume-Uni, qui paie en louant des bases étrangères aux États-Unis et en recourant à des prêts. Cette politique était également étendue à de nombreux autres pays, dont la France libre.

En juin 1941, Hitler envahit l'URSS, ouvrant un tout nouveau front oriental à la guerre. Puis, en décembre 1941, le Japon attaquait les États-Unis à Pearl Harbour. Cela a changé du jour au lendemain l'opinion publique américaine sur la guerre et, au même moment, Hitler et les forces de l'axe ont déclaré la guerre aux États-Unis.

Avant même de s'engager dans la guerre, les États-Unis avaient convenu avec la Grande-Bretagne d'appliquer une politique de "l'Europe (l'Allemagne) d'abord". Cela signifiait que, dans toutes les opérations, la défaite de l'Allemagne nazie serait la principale priorité par rapport à la guerre contre le Japon. C'était logique, car en 1941, on craignait vraiment que Hitler puisse vaincre l'URSS. Ce qui lui laisserait le champ libre pour envahir la Grande-Bretagne. Ce qui laisserait les États-Unis presque seuls pour vaincre l'Allemagne nazie.

De nombreux autres pays sont du côté des Alliés, notamment les pays du Commonwealth britannique comme l'Australie, le Canada, la Nouvelle-Zélande et l'Afrique du Sud. En outre, de nombreux pays qui avaient été envahis, dont la France, avaient des gouvernements en exil qui étaient dans le camp des alliés.