11 Novembre 1918

Retrouvez les discours du Maire et les photos des cérémonies

Mesdames, Messieurs les élus

Monsieur le représentant de la Gendarmerie

Monsieur le Président des Anciens Combattants

Mesdames, Messieurs,

 

 

Nous sommes réunis, comme chaque année, pour honorer la mémoire des morts de la « grande guerre », de la guerre de 14. Cette guerre, particulièrement inhumaine et meurtrière. Nous n’oublions pas. Et vous savez combien je tiens à garder le souvenir et à l’honorer, moi dont les 2 grands-pères étaient dans les tranchées à Verdun ! Nous n’oublions pas l’enfer des tranchées, le face à face des deux armées pendant plusieurs années, dans le froid, dans la boue, dans le sang. 

Nous n’oublions pas l’hécatombe qu’a représenté cette guerre. Les pertes humaines de la Première Guerre mondiale s'élèvent à environ 19 millions de morts. Ce nombre inclut 10 millions de morts pour les militaires et 9 millions pour les civils. Concernant la France, le conflit a fait 1million 400 000 morts et 4 millions de blessés. Chiffres terrifiants. En moyenne, 900 jeunes Français mouraient chaque jour sur les champs de bataille.

 

Nous n’oublions pas qu’après la tragédie qu’a représenté cette guerre, les belligérants ont recommencé à peine plus de 20 ans après en 1939.

 

Puis est venue la réconciliation entre la France et l’Allemagne. Nous avons été presqu’unanimes à nous en réjouir, nous qui avons vécu en paix sur notre territoire ; malgré les guerres coloniales qui ont perduré. 

 

Nous avons avons été témoins ou acteurs de la construction de l’ONU qui, avec 193 pays adhérents aujourd’hui, regroupe quasiment l’ensemble de la planète et représente, malgré toutes ses insuffisances et ses imperfections le principal lieu de dialogue entre les nations, respectueux du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Elle est un grand acteur de paix, par la résolution ou la prévention des conflits, autant qu’il est possible tant les humains penchent trop souvent vers l’intolérance et la violence…

 

Nous avons été témoins ou acteurs de la construction de l’Europe et, malgré ses défauts ou ses insuffisances, nous avons été nombreux à penser que la guerre n’était plus possible sur notre continent.

 

Et pourtant, la guerre a été déclenchée à nouveau, presque à nos portes, par la Russie, et les observateurs font remarquer la troublante ressemblance entre la situation bloquée dans les tranchées entre l’Ukraine et la Russie et la guerre de 14 – 18…

 Et pourtant le moyen Orient s’embrase dramatiquement à nouveau par la guerre sans merci entre le Hamas et Israël. Sans compter les nombreux autres conflits armés de par le monde.

 

Ne soyons pas naïfs : aujourd’hui les motifs de conflits se multiplient, avec de nouvelles causes : Le changement climatique ; il provoque des tempêtes destructrices,  des sécheresses terribles, qui provoquent la désertification de certaines régions. Les rivalités pour l’accès à l’eau et à l’eau potable pour les humains qui menacent les cultures et la vie. La perte de biodiversité qui menace elle-aussi les cultures et annoncent des famines. Les pollutions nombreuses et durables ; la surconsommation d’énergies, énergies encore trop souvent basées sur des énergies polluantes ou qui aggravent le changement climatique. Ces nouvelles causes sont utilisées comme moyens de pression voire de chantage dans les guerres, au mépris des populations et parfois de leur survie. Ces enjeux d’aujourd’hui ont des conséquences néfastes pour tous, mais elles pèsent particulièrement sur certaines régions et certaines populations plus pauvres. Et les injustices qu’elles entrainent sont encore un facteur de violence.

Si nous voulons un monde vivable pour demain, nous n’avons plus le choix. Nous devons nous mobiliser sans délais pour faire reculer ces nouvelles causes. L’enjeu concerne l’ensemble des citoyens de la planète.

 

Le facteur d’espoir est que les jeunes sont souvent plus conscients de ces enjeux, qu’ils sont souvent moins engoncés dans les habitudes de confort et d’aveuglement de ceux qui ont vécu les « trente glorieuses ».

 

Ici, à Ver, nous avons la chance d’avoir un groupe de jeunes mobilisés dans le conseil des jeunes et investis dans ces commémorations que nous voulons tournées vers l’avenir, la paix et la jeunesse, sans pour autant oublier les morts du passé.

 

Le 19 septembre de cette année, des réflexions ancrées dans les enjeux de la guerre à nos portes, ont résonné avec force à la face du monde, car Volodymyr Zelinski a été invité à s’exprimer à la tribune de l’Organisation des Nations Unies, dans le cadre de la 78 ème Assemblée générale des Nations unies.

 

Nos jeunes ont travaillé sur ce discours avec l’équipe municipale et ils vont vous lire une série d’extraits de ce discours de Volodymyr Zelinski. Je les remercie vivement de leur implication et c’est avec plaisir que je leur donne la parole à l’occasion de ce 11 novembre 2023.

 

Je vous remercie.

 

 

                                                    Jean-Luc Véret, 11 novembre 2023

[partial (file:partial-pwa.handlebars) not found]