19 Mars 1962

Retrouvez le discours du Maire et les photos des cérémonies

Cérémonie du 19 mars 2023, journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc

 

Messieurs les anciens combattants,

Mesdames et messieurs les élus,

Monsieur le représentant de la Gendarmerie,

Mesdames et Messieurs,

 

Nous sommes réunis pour le 61 ème anniversaire des accords d’Evian. Accords signés entre la France et l’Algérie, qui se reconnaissaient enfin le 19 mars 1962 comme 2 pays libres après une terrible guerre de 4 années et après 130 ans d’invasion colonialiste de l’Algérie par la France. 

Nous rendons hommage à tous les soldats qui sont morts pour la France au cours des combats d’Algérie, du Maroc et de la Tunisie. 

Nous rendons hommage aussi à tous ceux qui sont morts pour une Algérie, une Tunisie et un Maroc indépendants et nous inscrivons ici dans l’esprit de l’Organisation des Nations Unies, qui proclame le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. 

Nous nous inclinons aussi devant toutes les victimes civiles des combats, qui n’auraient pas perdu la vie si chaque peuple avait vécu sur son propre territoire, pacifiquement.

Nous avons une pensée particulière pour les combattants algériens engagés dans l’armée française, les Harkis, qui ont dû être « rapatriés » en France à la fin de la guerre, qui n’ont pas toujours été bien accueillis, logés dans des bidonvilles, puis dans des cités dortoirs et au chômage plus souvent qu’à leur tour. La France a aujourd’hui à assumer cet héritage qui rend la vie difficile dans certaines banlieues.

 

 Vous le savez, ce fut une terrible période et cette guerre fut sale, accompagnée de la torture et de massacres, y compris de populations civiles. Les combats en Algérie n’ont pas cessé tout de suite après la signature des accords d’Evian et ont duré jusqu’à l’été 1962, certains refusant d’accepter l’indépendance de l’Algérie.

Vous le savez aussi ce cette période fut profondément troublée ; les français se sont combattus entre eux jusqu’au sommet de l’état-major militaire et de l’Etat, 4 généraux ayant fomenté un coup d’Etat et l’OAS ayant tenté d’assassiner le chef de l’Etat, le Général de Gaule.

Mais, de toute façon, arrêter un peuple qui défend son pays et qui se bat pour le territoire de ses ancêtres est une aventure qui mène souvent tôt ou tard à l’échec. Coloniser pour asservir et exploiter les richesses des autres pays ne peut pas durer toujours. La France en sait quelquechose, hier au Vietnam, puis en Algérie, aujourd’hui en Afrique.

 

Nous voudrions que les hommes tirent les leçons du passé et mettent leur savoir-faire et leur énergie à vivre en paix en partageant et en se respectant les uns les autres. C’est pourquoi nous avons aussi une pensée pour tous ceux qui oeuvrent ou qui ont œuvré à la réconciliation entre les peuples, à tous ceux qui agissent pour un monde de paix et de respect. Les relations apaisées entre la France et l’Allemagne entretiennent une flamme d’espoir après les guerres des XIXème et XXème siècle. Puissions-nous ne pas l’oublier ! C’est pourquoi nous comptons ardemment sur les jeunes pour faire vivre dans l’avenir la concorde et l’amitié entre les peuples en Europe, bien sûr, et plus largement dans le monde. 

 

Mais vous savez bien aussi qu’une guerre affreuse est de nouveau menée à la porte de l’Europe, à seulement quelques milliers de Km de chez nous par la Russie qui rêve d’asservir l’Ukraine, quitte à la détruire. Nous avons à aider l’Ukraine, à saluer ses combattants qui défendent leur pays.

 

Modestement, à Ver-sur-Mer, se souvenir de la guerre et agir pour construire la paix est ce qui nous a animé pour créer les 9 pupitres du « Chemin de Mémoire » de Ver-sur-Mer. C’est une participation à cette grande ambition qui est de construire la paix, et qui ne pourra se réaliser que si nous sommes les plus nombreux à la vouloir, la paix. C’est pourquoi je suis très reconnaissant aux jeunes de notre Conseil des jeunes d’avoir demandé à travailler sur ce Chemin de mémoire. Ils veulent le faire visiter et je vous invite à venir les écouter le jour de cette visite, à la belle saison qui vient.  En attendant, je vais leur donner la parole pour nous rappeler quelques témoignages de grands ancien engagés dans la réconciliation et la paix.

 

Puisse la mémoire de la guerre et de la violence nous aider à tirer les leçons des souffrances qu’elles entraînent et nous inciter à promouvoir encore et toujours la paix et le respect.

 

Je vous remercie.

 

Jean-Luc Véret, le 19 mars 2023

 

 

[partial (file:partial-pwa.handlebars) not found]