Faire appel d'un jugement civil ou pénal

Vous souhaitez faire rejuger une affaire pour laquelle une décision a été rendue ? Vous devez faire appel de la décision. L'affaire est alors examinée et rejugée par la cour d'appel. Nous vous donnons les informations à connaître.

Quels sont les jugements susceptibles d'appel ?

Il est possible de faire appel d'une décision lorsque :

  • elle a tranché le litige ou certains points du litige c'est-à-dire que le juge a répondu aux demandes en y faisant droit ou non

  • elle est rendue en premier ressort

Lorsque la décision est rendue en dernier ressort, l'appel n'est pas possible. C'est le cas pour les litiges dont le montant est inférieur à 5000  €. Le seul recours possible est alors le pourvoi en cassation.

À savoir

les voies de recours et les démarches sont toujours indiquées dans l'acte de signification de la décision par le commissaire de justice ou la notification par le greffe.

Qui peut faire appel ?

Toutes les parties au procès ont la possibilité de faire appel, demandeur comme défendeur.

Ce droit peut être exercé par une seule partie ou par toutes les parties.

En matière gracieuse (c'est-à-dire les affaires où il n'y a pas d'adversaire comme par exemple une adoption), ce droit appartient à la personne concernée par la décision ou par les personnes à qui le jugement a été notifié. Le procureur de la République peut également faire appel de ces décisions.

Quels sont les délais pour faire appel ?

Le délai pour faire appel est d'1 mois pour les jugements civils.

Cependant, ce délai est réduit pour certaines décisions.

Il est de 15 jours dans les situations suivantes :

  • En matière gracieuse (adoption, changement de régime matrimonial, tutelles par exemple)

  • Ordonnances de référé ou en la forme des référés

  • Ordonnances de mesures provisoires en matière de divorce

  • Ordonnances de mise en état ou jugements pendant la mise en état

  • Décisions du juge de l'exécution

  • Ordonnances de rejet de requête

Il est de 10 jours en matière de redressement ou de liquidation judiciaire.

Le délai d'appel est augmenté de 1 mois pour la partie qui demeure en outre-mer lorsque la décision a été prise en métropole. Il en est de même pour les décisions prises en outre-mer pour la personne demeurant en métropole.

Le délai d'appel est augmenté de 2 mois pour la personne demeurant à l'étranger.

Le délai d'appel commence à partir de la signification de la décision par un commissaire de justice, de sa notification par le greffe ou à compter du prononcé de la décision à une audience publique.

À savoir

la déclaration d'appel est déclarée irrecevable si les délais n'ont pas été respectés. L'affaire ne sera pas réexaminée par la cour d'appel.

Attention

la partie qui a comparu ne peut pas faire appel après un délai de deux ans à compter de la date de la décision.

Si vous voulez bénéficier de l'aide juridictionnelle pour faire appel, vous devez déposer cette demande pendant le délai d'appel. Cette demande aura pour effet d'interrompre le délai pour faire appel. Un nouveau délai, de même durée que le délai initial, va recommencer à courir à compter de la décision définitive d'admission ou de rejet du bénéfice de l'aide juridictionnelle.

À savoir

si vous avez bénéficié de l'aide juridictionnelle lors de la procédure et que la partie adverse fait appel, l'aide juridictionnelle vous est accordée de droit si vous en faites la demande.

Faut-il un avocat pour faire appel ?

La représentation par avocat est obligatoire.

Il existe toutefois des exceptions pour les procédures suivantes :

  • Protection des majeurs (tutelle, curatelle, habilitation familiale...)

  • Contentieux prud'homal (la représentation peut être assurée par un défenseur syndical)

  • Surendettement

  • Placement d'un enfant par le juge des enfants

  • Autorité parentale (délégation et retrait partiel ou total)

  • Affaire relevant du tribunal paritaire des baux ruraux

  • Affaire relevant du pôle social (sécurité sociale, incapacité...)

Si vous souhaitez être assisté par un avocat pour vos démarches et que vos ressources sont insuffisantes, vous pouvez bénéficier de l'aide juridictionnelle Vous devez en faire la demande au cours du délai d'appel, cette demande aura pour effet d'interrompre le délai. Un nouveau délai, de même durée que le délai initial, va recommencer à courir à compter de la décision définitive d'admission ou de rejet du bénéfice de l'aide juridictionnelle.

À savoir

devant la cour d'appel vous pouvez faire appel à un autre avocat que celui que vous aviez en première instance.

Quelle est la procédure pour faire appel ?

L'avocat est obligatoire pour faire appel. C'est lui qui se charge des démarches.

La déclaration d'appel est faite au greffe de la cour d'appel, accompagnée d'une copie de la décision attaquée.

Où s'adresser ?

Vous pouvez directement faire appel sans avoir recours à un avocat. Vous pouvez remplir le formulaire cerfa n°15774.

Déclaration d'appel au civil (sans représentation obligatoire)

Accéder au Formulaire

Direction de l'information légale et administrative (Dila) - Premier ministre

La déclaration doit être faite au greffe du juge des contentieux de la protection.

Où s'adresser ?
À savoir

les voies de recours et les démarches sont toujours indiquées dans l'acte de signification par commissaire de justice ou la notification par le greffe.

Vous pouvez remplir le formulaire cerfa n°15774.

Déclaration d'appel au civil (sans représentation obligatoire)

Accéder au Formulaire

Direction de l'information légale et administrative (Dila) - Premier ministre

La déclaration doit être faite au greffe de la cour d'appel du ressort du tribunal qui a rendu la décision. La cour d'appel peut être située dans une autre ville que le tribunal (par exemple : pour un jugement rendu par le tribunal judiciaire de Lille, c'est la cour d'appel de Douai qui est compétente).

Où s'adresser ?
À savoir

les voies de recours et les démarches sont toujours indiquées dans l'acte de signification par commissaire de justice ou la notification par le greffe.

À savoir

il est possible de faire appel de l'intégralité de la décision ou de limiter l'appel à certaines décisions du jugement.

Quels sont les effets de l'appel ?

L'affaire est entièrement rejugée par la cour d'appel.

La cour d'appel rejuge l'ensemble du jugement.

Elle peut confirmer la décision du tribunal en tout ou en partie .

Elle peut infirmer (c'est-à-dire annuler) la décision prononcée par les premiers juges en tout ou en partie .

On ne peut pas soumettre une nouvelle demande à la cour d'appel sauf si la nouvelle demande est la conséquence ou le complément de la demande initiale.

En cas d'appel, la décision rendue par le premier juge est exécutoire sauf disposition contraire prévue par la décision. Cela signifie que vous pouvez obtenir l'exécution du jugement contesté, même si vous faites appel (par exemple, le paiement de dommages-intérêts, la restitution d'un objet).

À savoir

il est possible de demander par référé au premier président de la cour d'appel de suspendre l'exécution provisoire.

À savoir

En cas d'appel abusif (par exemple qui a pour but de retarder l'exécution du jugement), vous pouvez être condamné à une amende d'un maximum de 10 000 € et à verser des dommages-intérêts à l'autre partie.

Si vous souhaitez contester la décision rendue en appel, vous pouvez faire un pourvoi en cassation.

Le pourvoi n'empêche pas l'exécution de la décision.

Où s'adresser ?
Quel est le coût d'un appel ?

Toutes les parties à une procédure d'appel doivent payer un timbre fiscal d'un montant de 225 € dès lors que le recours à un avocat est obligatoire.

Ce timbre fiscal électronique s'achète en ligne ou auprès des bureaux de tabac équipés pour le vendre.

À savoir

les bénéficiaires de l'aide juridictionnelle sont dispensés de ce timbre.

Quels sont les jugements susceptibles d'appel ?

Toutes les décisions rendues par les juridictions pénales peuvent faire l'objet d'un appel :

  • Tribunal de police pour les décisions rendues pour les contraventions de 5e classe, décisions prononçant une peine de suspension du permis de conduire, décisions prononçant un peine d'amende supérieure à 150 €, décisions rendues suite à la saisine du directeur régional de l'administration chargée des forêts

  • Tribunal correctionnel

  • Cour d'assises

  • Juge d'instruction

  • Juge de l'application des peines

  • juge des liberté et de la détention

L'appel peut porter sur tout ou une partie de la décision.

À savoir

si la décision a été rendue par défaut (c'est-à-dire quand le prévenu est absent et n'a pas eu connaissance de sa convocation), la voie de recours est l'opposition. L'affaire sera alors rejugée par la tribunal qui a prononcé la décision.

Qui peut faire appel ?

Toutes les parties au procès ont la possibilité de faire appel :

  • Prévenu ou accusé s'il s'agit d'un arrêt de la cour d'assises

  • Personne civilement responsable

  • Partie civile

  • Procureur de la République

  • Administrations publiques qui exercent l'action publique ( par exemple les douanes)

  • Procureur général près la cour d'appel

Ce droit peut être exercé par une seule partie ou par toutes les parties.

À savoir

la personne civilement responsable et la partie civile peuvent faire appel de la décision uniquement sur les intérêts civils

Quels sont les délais pour faire appel ?

Le délai d'appel est de 10 jours.

Le délai court à compter du prononcé de la décision à l'audience.

Si les parties n'étaient ni présentes ni représentées par un avocat à l'audience, le délai court à compter de la signification de la décision.

À savoir

en cas d'appel d'une des parties dans le délai de10 jours, les autres parties ont un délai supplémentaire de 5 jours pour faire appel.

Faut-il un avocat pour faire appel ?

Il n'est pas nécessaire d'avoir recours à un avocat pour faire appel d'une décision pénale. Vous pouvez vous présenter seul devant la cour d'appel.

À savoir

Si vous avez de faibles revenus, vous pouvez demander l'aide juridictionnelle pour être assisté par un avocat aux audiences de la cour d'appel.

Comment faire appel ?

L'appel est formé par déclaration au greffe du tribunal qui a rendu la décision (ou au greffe de la maison d'arrêt si la personne est détenue).

L'avocat n'est pas obligatoire pour faire appel.

Où s'adresser ?

Le prévenu peut faire appel de toutes les condamnations civiles et pénales ou limiter son appel aux seules condamnations civiles ou aux seules condamnations pénales.

La partie civile et le civilement responsable peuvent faire appel uniquement des dispositions civiles du jugement. Ils ne peuvent pas faire appel de la relaxe ou de la peine infligée à l'auteur des fait.

Le procureur de la République ou le procureur général peuvent faire appel uniquement des dispositions pénales de la décision.

Quels sont les effets de l'appel ?

Les effets de l'appel diffèrent selon que l'appel concerne les condamnations pénales ou les condamnations civiles ou l'intégralité de la décision.

Lorsque l'appel ne porte que sur la condamnation pénale, la peine n'est pas mise à exécution.

La cour d'appel rejuge l'affaire.

Elle peut confirmer la décision des premiers juges , la peine qui s'applique alors est celle qui a été prononcé dans le jugement qui a fait l'objet de l'appel.

Elle peut infirmer (c'est-à-dire annuler) la décision prononcée par les premiers juges et prononcer une autre peine qui sera moindre ou plus importante.

Si le jugement a condamné le prévenu à des dommages et intérêts , la partie civile peut mettre à exécution le jugement et récupérer les sommes qui lui ont été attribuées.

À savoir

Si le procureur n'a pas fait appel de la décision, la cour d'appel ne peut pas condamner à une peine plus importante que celle qui a été prononcée dans le jugement attaqué. Si la personne est détenue, la détention peut être maintenue par décision motivée.

Lorsque l'appel ne porte que sur les intérêts civils, la cour d'appel ne rejuge pas la condamnation pénale.

L'exécution de la décision sur intérêts civils est suspendue. La partie civile ne peut pas récupérer les dommages et intérêts sauf si la décision précise que la décision est exécutoire par provision.

En cas de mise à exécution et d'une condamnation par la cour d'appel à des dommages et intérêts moindre, la partie civile doit rembourser le trop perçu.

La partie civile ne peut pas faire de nouvelles demandes devant la cour d'appel mais elle peut réévaluer le montant des sommes qu'elle réclame.

À savoir

il est possible de demander par référé au premier président de la cour d'appel de suspendre l'exécution provisoire si elle risque d'entraîner des conséquences manifestement excessives.

La cour d'appel rejuge l'ensemble des dispositions du jugement.

Elle peut confirmer la décision des premiers juges .

Elle peut infirmer (c'est-à-dire annuler) la décision prononcée par les premiers juges.

La partie civile peut mettre à exécution le jugement et récupérer les sommes qui lui ont été attribuées si la décision prévoit l'exécution provisoire de celle-ci.

Il est possible de demander par référé au premier président de la cour d'appel de suspendre l'exécution provisoire si elle risque d'entraîner des conséquences manifestement excessives.

Lorsque l'exécution provisoire a été refusée ou n'a pas été demandée, elle peut être accordée, en cas d'appel, par le premier président statuant en référé.

À savoir

si le procureur n'a pas fait appel de la décision, la cour d'appel ne peut pas condamner à une peine plus importante que celle qui a été prononcée dans le jugement attaqué. Si la personne est détenue, la détention peut être maintenue par décision motivée.

Il est possible de contester la décision de la cour d'appel en faisant un pourvoi en cassation.

Les magistrats de la cour de cassation ne rejugent pas l'affaire, mais vérifient que la loi a bien été appliquée.

Quel est le coût de l'appel ?

La procédure est gratuite.

La personne condamnée doit s'acquitter de droits fixes de procédure (169 €). Ces droits sont dus même si l'aide juridictionnelle a été accordée.

service-public.fr